Portrait d’artiste ° Florence Tholozan

Florence Tholozan, écrivain

en 20 questions

Florence Tholozan facebook

@florence sur instagram

   Florence Tholozan vit dans les proches environs de Montpellier.

   Après des études de psychologie clinique, elle réussit le concours de professeur des écoles et enseigne dans l’Hérault.

   Du plus loin qu’elle se souvienne, Florence a toujours eu l’amour des mots.

   Encouragée par l’enthousiasme de ses premiers lecteurs, elle envoie le manuscrit de son roman La Chinoise du tableau aux Editions Charleston, pour concourir au Prix du Livre Romantique 2019. Elle obtient la troisième place.

   Ce manuscrit est ensuite sélectionné et présenté pour le Prix de la 1ère Œuvre d’une auteure, au salon Paroles d’auteur(e)s à St Clément-de-rivière.

      Forte de ces belles reconnaissances, Florence poursuit sa recherche de l’éditeur qui lui donnera la chance de poursuivre l’aventure. En juillet 2019, Marc Duteil de M+éditions lui propose un contrat d’édition.

Découvrez son portrait d’artiste :

2

  • Quel est ton plus grand rêve d’enfant ?

Quand j’étais petite, je rêvais de voyager dans l’espace, de plonger au cœur de galaxies toutes plus merveilleuses les unes que les autres, et d’aller à la rencontre d’autres mondes, d’autres êtres. Un peu comme le Petit Prince, ou Capitaine Flam, grand justicier débordant d’audace que je trouvais fort à mon goût avec sa tignasse rousse et ses grands yeux pétillants. Dans mes rêves les plus fous, je le suivais jusqu’au fin fond de l’univers, toujours prête pour de nouvelles aventures et protéger, à ses côtés, l’espèce humaine !

 

  • Ce côté artistique, ce plaisir d’écrire t’a-t-il été influencé par ton entourage ? Une rencontre ?

Mon père aime écrire, trouver le bon mot, le mot juste. Ma mère dévore les romans. J’ai donc grandi entourée de livres. Et j’ai tout pris, de ce merveilleux héritage, l’écriture comme la lecture _ les deux étant intimement liés, se nourrissant l’un de l’autre.

 

  • Comment travailles-tu ?

J’aime écrire quand la maison est silencieuse, surtout le soir quand rien ne pourra m’interrompre. Lorsque je commence à travailler, il est très difficile pour moi, voire douloureux, de m’arrêter. Aussi, je ne m’y mets que si j’ai au moins deux heures devant moi. Mon rêve : partir une semaine dans un petit hôtel, en pension complète, seule. À l’arrière-saison et dans une chambre avec vue sur la mer, s’il vous plaît !

 

  • Qu’est-ce qui t’inspire ?       

Tout est source d’inspiration : la vie, l’art dans son ensemble, les voyages, les souvenirs, les rêves… Et mon imagination débordante fait le reste !

IMG_0361

  • Penses-tu avoir confiance en toi ?         

J’ai très souvent manqué de confiance en moi. Avec l’âge, une petite voix intérieure me dit : « Ça suffit ! Tu vois bien que tu y arrives ! Alors, arrête de douter et fonce ! » Mais comme il y a toujours un aspect positif dans chaque chose, douter de soi est aussi un moteur qui permet d’avancer, de progresser, de chercher sans cesse à s’améliorer.

  • Qu’est-ce qui te donne confiance en toi ?             

L’amour de mes proches, mes réussites, les retours des lecteurs et la méditation. J’ai appris à écouter mon intuition.

 

  • Quels sont tes artistes (peintres, auteurs …) préférés ? Ceux qui t’ont influencée ?

J’ai toujours rêvé d’écrire un roman. Mais les auteurs que j’aimais plaçaient la barre si haut qu’il me semblait impossible de réaliser une telle performance. L’imagination d’Amélie Nothomb dans Stupeur et tremblements, l’intrigue et la gestion du suspens de Michel Bussi dans Nymphéas noirs, l’univers d’Hariku Murakami dans la sublime trilogie 1Q84, la plume si poétique de Takuji Ichikawa dans son bouleversant Je reviendrai après la pluie, sans oublier Carlos Ruiz Zafón, Daniel Pennac, Pierre Lemaitre, Barjavel, Françoise Sagan, Fred Vargas, Bernard Werber, Albert Ramsdell Gurney, Charles Baudelaire, Arthur Rimbaud… pour ne citer qu’eux ! Il y en a tant ! Jusqu’au jour où j’ai lu Le rideau déchiré de Jody Picoult. Et là, je me suis dit : c’est comme ça que je peux écrire, son style me ressemble. Quelques temps après, un long dimanche de pluie, je me suis lancée.

Je vous épargnerai l’interminable liste des artistes au talent sans égal qui nourrissent mon âme. Je suis touchée par les impressionnistes, les fauves et leurs couleurs saturées (Gauguin, Van Dongen, Dufy, Valta, mais aussi Hokusai, Frida Kahlo), par la délicatesse de Wermeer, et Ingres, le langage inattendu du Street Art et ses fresques murales, l’Arte Povera également… Quant à la musique, elle m’accompagne, me transporte, particulièrement Mozart Lacrimosa requiem, Chopin Ballae en G Minor (The Pianist), Jo Hisaishi, Ave Maria par Maria Calas et aussi les chansons de Jacques Brel, Georges Brassens, Edith Piaf, Léonard Cohen, Serges Gainsbourg, Michel Berger, Jean-Jacques Goldman, Dalida, Alain Bashung, Michel Jonasz, Henri Salvador, Ray Charles, Prince, Mickaël Jackson, Queen, Radio Head… La liste est longue ! J’en oublie tant et tant ! Pour ce qui est du cinéma, je citerais Jean-Jaques Anaud et quelques films comme Le discours d’un roi, Les nouveaux sauvages, Lucy, Le prénom, Les garçons et Guillaume, à table ! … La danse ? Maurice Béjart, Dominique Bagouet. Un humoriste ? Raymond Devos.

Merci à tous pour leur génie, source d’inspiration inestimable et pour leur art qui, comme le dit le philosophe et sociologue Edgard Morin « rend heureux », mais aussi « rend meilleur, développe notre altruisme ».

  • Avec quels outils préfères-tu travailler ?

Je travaille sur mon ordinateur, à mon bureau. J’ai aussi tout un tas de carnets qui me suivent partout. Quand une idée pointe le bout de son nez, je la note tout de suite de peur qu’elle ne s’envole.

 

  • Si tu devais définir en 3 mots la clé de ta réussite ?

Imagination, passion, persévérance

  • Si tu étais un animal (le plus proche de ton caractère), lequel serais-tu ?

Une vie de chat me plairait bien ! Rêver à loisir, étendue sur les dalles brûlantes en été et sur un fauteuil confortable, près du feu en hiver. Habiter la maison d’un écrivain. Aller où bon me semble en toute liberté et revenir pour ronronner sous les caresses de mon maître.

 

  • Veux-tu nous partager ton métier ? Et si tu n’avais pas écrit, quel métier aurais-tu rêvé d’exercer ?

Je ne considère pas l’écriture comme mon métier, dans le sens où elle est une passion pour moi. Je suis enseignante et j’aime ce que je fais. C’est une vocation, une profession que je rêvais d’exercer. Ecrire resterait-t-il une activité aussi passionnante si cela devenait mon métier avec les contraintes, les obligations, l’angoisse de la page blanche… ? Et puis, il faut être réaliste : rares sont les écrivains qui peuvent vivre de leur plume !

IMG_0362

  • As-tu déjà refusé des propositions de travail ? Lesquelles et pourquoi ?

Non, heureusement. J’aurais été très frustrée de devoir refuser un contrat d’édition. En général je suis fonceuse dans la vie, toujours partante pour vivre de nouvelles expériences.

 

  • Te verrais-tu enseigner ta passion ?

Pourquoi pas ! J’aime transmettre. Animer des ateliers d’écriture me tenterait bien. Partager mon goût des mots avec d’autres passionnés serait très enrichissant. Mais aussi faire partie du comité de lecture d’un éditeur, corriger des manuscrits.

  • Cite-nous 3 rêves accomplis.

Avoir des enfants (j’en ai trois !), aller en Chine, écrire un roman.

3

  • Cite-nous 3 envies, projets futurs que tu voudrais voir accomplis.

Ecrire toujours et encore, voyager sur tous les continents, parler couramment anglais.

  • Te sens-tu libre dans ton écriture ?

Tout à fait ! C’est justement cette liberté que je recherche et que j’éprouve en écrivant. Je peux créer des personnages qui prennent une relative autonomie. J’ai l’impression de donner la vie, une vie qui n’est pas biologique. L’œuvre devient autonome. Je n’ai qu’à la nourrir. Dans la création artistique, je suis libérée des contraintes de la réalité. Tout devient possible. C’est euphorisant ! C’est un bonheur indicible que de laisser l’imaginaire prendre son envol.

 

  • Et si tu nous donnais une définition personnelle d’« être artiste » ?

Un artiste nous permet de nous évader. Il nous procure une émotion et à travers cette émotion il nous transmet une connaissance du monde et des autres, une compréhension de l’humain. Par le biais de son art, l’artiste offre à tout un chacun une mise en lumière des pensées qui nous habitent, et que nous ne parvenons pas toujours à exprimer. D’où notre infinie reconnaissance envers ceux qui formulent l’indicible ou plus simplement ceux qui trouvent une autre manière de le présenter. L’âme est sensible aux messages que lui envoient les arts. L’espèce humaine ne supporte que très peu le Réel. Elle a besoin d’un aménagement, d’un filtre, d’un compromis. L’artiste peut le lui apporter.

  • Y a-t-il des œuvres personnelles que tu ne réserves qu’à toi, que tu ne partageras jamais ?

Non, je partage toujours ce que j’écris.

 

  • Quel regard portes-tu sur l’écriture ?

L’écriture, c’est une bulle d’oxygène qui rend heureux, c’est aussi une trace que je laisse, une transmission, un partage de mes rêves, de mes pensées, de mes souvenirs… un petit peu de moi.

4

  • Un conseil à de jeunes artistes ?

Ecrivez, ne vous bridez pas ! Ecrivez pour vous, pour le plaisir. Et faites lire vos textes à des lecteurs qui ne vous connaissent pas. Ecoutez leurs retours et réécrivez encore et encore. Laissez reposer vos écrits, oubliez-les quelques temps, prenez du recul puis revenez-y. Votre regard sera différent, plus objectif. Et n’oubliez pas de lire, d’aller au cinéma, au théâtre, au musée… nourrissez-vous et surtout ne renoncez jamais.

Merci

Pour découvrir d’autres portraits Portrait d’artistes ° La tête dans les idées ou d’autres articles Celle qui a survécu

1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s